Dents et dénutrition

Les problèmes bucco-dentaires augmentent le risque de dénutrition

Les personnes âgées en institution et les populations précaires ont globalement des besoins importants en soins et prothèses dentaires, mais un accès insuffisant aux soins bucco-dentaires

 Dentiste

 Un mauvais état de santé bucco-dentaire constitue un facteur aggravant significativement associé au risque de dénutrition (1-7).

En pratique, les médecins prescrivent à leurs patients dénutris une alimentation enrichie (alimentation orale spontanée), des aliments "enrichis" (aliments courants) et/ou des compléments nutritionnels.

Le choix des aliments tient compte du mauvais état bucco-dentaire, avec une alimentation de texture normale, mixée ou molle (8).

Dans le cadre d’une alimentation enrichie, les plats peuvent être enrichis en protéines et en énergie avec des œufs, de la crème, du fromage râpé, du lait en poudre ou des protéines du lait (9). Mais certaines personnes n’apprécient pas le goût de lait donné aux plats "maison" enrichis, d'autant plus qu'ils ont généralement une texture molle (potages, béchamel, gratins, entremets, etc.). Cela est vrai aussi pour les compléments nutritionnels oraux (CNO), qui sont souvent des crèmes ou des boissons lactées (10,11). Mais les personnes âgées se plaignent souvent d’une alimentation exclusivement molle ou mixée, qui constitue une source supplémentaire d’anorexie et de dénutrition (12-15).

Selon une étude clinique (16) :

  • 50% des patients âgés qui ont une alimentation normale ne mangent pas les apports caloriques recommandés.
    100 % des patients obligés d’avoir une alimentation molle ou mixée ne mangent pas les apports caloriques recommandés.
  • 40% des patients âgés qui ont une alimentation normale ne mangent pas les apports protéiques recommandés
    93% des patients obligés d’avoir une alimentation molle ou mixée ne mangent pas les apports protéiques recommandés.

 

 Selon une autre étude clinique réalisée sur 51 malades hospitalisés en gérontologie au Centre Hospitalier Universitaire de Nice (17) :

  • 23% des patients refusaient de consommer les compléments nutritionnels hyperprotidiques sous forme de boissons ou de crèmes,
  • 8% ne les prenaient systématiquement et
  • 24% ne les finissaient pas. Les principales causes de refus étaient le goût lacté ou trop sucré, la texture liquide ou l’effet de lest qui coupait l’appétit au repas suivant.

Comme le maintien de l’état nutritionnel est directement lié à la capacité masticatoire (18,19), les galettes Protibis sont un complément nutritionnel solide conçu pour les personnes ayant un mauvais état bucco-dentaire (20-23).

Les galettes Protibis ont une texture innovante à trois niveaux (croquées, trempées, ramollies). Elles peuvent être croquées même par les personnes ayant un mauvais état bucco-dentaire : elles se brisent facilement entre les mâchoires édentées. En cas de fatigue des muscles masticatoires ou de sécheresse buccale, les galettes Protibis peuvent être trempées dans une boisson chaude ou froide sans se déliter trop rapidement. Pour les personnes ayant des troubles de la déglutition, elles peuvent être émiettées et ramollies dans une boisson.

 Conclusion

Plusieurs études ont été réalisées avec les galettes Protibis à l’hôpital et dans des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). Ces études ont montré que les galettes Protibis plaisaient à la plupart des personnes âgées dénutries, y compris celles qui avaient un mauvais état dentaire.

 

Article

Vincent S, Surmenian J, Mahler P, Prêcheur I, Charbit Y. Intérêts et particularités du traitement des gencives chez la personne âgée.
La Revue Francophone de Gériatrie et de Gérontologie 2012;184:132-136.

 Références

1. Anonyme. Numéro thématique. Surveillance nutritionnelle des populations défavorisées : premiers résultats. Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire 2006 ;11-12 :77-84.

2. Dormenval V, Budtz-Jorgensen E, Mojon P et al. Nutrition, general health status and oral health status in hospitalised olders. Gerodontology 1995;12:73-80.

3. Dion N, Cotart JL, Rabilloud M. Correction of nutrition test errors for more accurate quantification of the link between dental health and malnutrition. Nutrition 2007;23:301-307.

4. Zini A, Sgan-Cohen HD. The effect of oral health on quality of life in an underprivileged homebound and non-homebound elderly population in Jerusalem. J Am Geriatr Soc 2008;56:99-104.

5. Shenkin JD, Baum BJ. Oral health and the role of the geriatrician. J Am Geriatr Soc 2001;49:229-230.

6. Ship JA. Improving oral health in older people. J Am Geriatr Soc 2002;50:1454-1455.

7. Ship JA, Pillemer SR, Baum BJ. Xerostomia and the geriatric patient. J Am Geriatr Soc 2002;50:535-543.

8. Haute Autorité de Santé. Recommandations professionnelles. Stratégie de prise en charge en cas de dénutrition protéino-énergétique chez la personne âgée. Avril 2007.

9. Haute Autorité de Santé. Ministère de la santé et des solidarités. Deuxième programme national nutrition santé 2006-2010. Actions et mesures. Septembre 2006.

10. Volkert D, Berner YN, Beery E, Cederholm T, Coti Bertrand P, Milne A et al. ESPEN guidelines on enteral nutrition: geriatrics. Clin Nutr 2006;25:330-60.

11. Bernstein MA, Tucker KL, Ryan ND, O’Neill EF, Clements KM, Nelon ME et al. Higher dietary variety is associated with better nutritional status in frail elderly people. J Am Diet Assoc 2002;102:1096-104.

12. Donini LM, Dominguez LJ, Barbagallo EM, Sarina C, Castellaneta E, Cucinotta D et al. Senile anorexia in different geriatric settings in Italy. J Nutr Health Aging 2011;15:775-81.

13. Morley JE. Anorexia and weight loss in older persons. J Gerontol A Biol Sci Med Med Sci 2003;58,131-7.

14. Bartali B, Salvini S, Turrini A, Lauretani F, Rosso CR, Corsi AM et al. Age and disability affect dietary intake. J Nutr 2003;133:2868-73.

15. Murphy C. Nutrition and sensory perception in the elderly. Crit Rev Food Sci Nutri 1993;33:3-15.

16. Wright L, Cotter D, Hickson M et al. Comparison of energy and protein intakes of older people consuming a texture modified diet with a normal hospital diet. J Hum Nutr Dietet 2005, 18:213-219.

17. Grégoire J. Prise en charge de la dénutrition en milieu hospitalier : de la théorie à la pratique. Mémoire diététique. Département génie biologique, IUT Montpellier. Avril 2008.

18. Suzuki K, Nomura T, Sakurai M, Sugikara N, Yamanaki S, Mastuskubo T. Relationship between number of present teeth and nutritional intake in institutionalized elderly. Bull Tokyo Dent Coll 2019

19. Cousson PY, Bessadet M, Nicolas E, Veyrune JL, Lesourd B, Lassauzay C. Nutritional status, dietary intake and oral quality of life in elderly complete denture wearers. Gerodontology 2012;29:e685-92.

20. Prêcheur I, Brocker P, Schneider S. Development of hyperproteic and hyperenergetic cookies: a solid nutritional supplement for patients with masticatory disabilities. European Society for Clinical Nutrition and Metabolism ESPEN2010-LB-014 2010, Nice France.

21. Prêcheur I, Brocker P, Schneider SM, Barthélémi C, Pesci-Bardon C. Compléments nutritionnels solides pour les personnes ayant des difficultés à mastiquer : enquête de satisfaction sur 30 seniors hospitalisés. Congrès International Francophone de Gériatrie et Gérontologie (CIFGG), P3.3-107, Nice 2010.

22. Solere JP, Brocker P, Schneider SM, Prêcheur I, Reichert E, Breugnon F et al. Distribution de galettes hyperprotidiques hyperénergétiques. Etude multicentrique auprès de seniors dénutris institutionnalisés : résultats intermédiaires sur 63 sujets. Journées Annuelles Francophones de la Société Française de Gériatrie et Gérontologie (JASFGG), P4-12.52, Paris 2011.

23. Philip JL. Lutter contre la dénutrition des malades d’Alzheimer, un exemple. Revue Geriatr 2012 ;37 :141-2.